Nouvelles technologies au service des citoyens

Campagne d'information particulièrement envers le jeune public sur l'émergence des NTIC et leur relation à l'exercice de la citoyenneté, à la liberté d'expression, aux libertés publiques..., organisation et animation de journées de débats et formulation de recommandations.

Lire la description détaillée >>

Descriptif du projet

Le projet présenté par la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) comprendra deux volets tous deux relatifs à l’émergence des nouvelles technologies et leur relation à l’exercice de la citoyenneté, aux libertés, au contrôle citoyen sur les nouvelles technologies.

L’un portera sur les questions du fichage, de la video surveillance, du contrôle social, et l’autre portera sur la question de l’information et de sa libre circulation, des médias, de la liberté d’expression et de la censure.

Les objectifs proposés par le programme sont :

  • informer tout public, mais plus particulièrement le public jeune, sur les nouvelles technologies et les enjeux pour les libertés, en lien aussi avec la libre circulation de l’information et la liberté d’expression. La complexité des sujets nécessite un accent mis aussi sur la formation, avec l’élaboration de fiches mettant à la portée de tous les principaux éléments qui fondent l’analyse, la réflexion et le débat citoyen.
  • engager un débat démocratique au-delà de l’information / formation.

Ces questions doivent faire l’objet d’un débat public afin que les citoyens et en particulier les jeunes prennent conscience des enjeux et expriment leurs attentes et leurs craintes.

Le débat qui touche les libertés individuelles et la circulation de l’information ne restera ainsi pas la seule affaire des experts, spécialistes et décideurs politiques.

  • formuler des recommandations, des prises de positions : l’analyse politique sur des sondages menés auprès d’une population peu au fait des enjeux est essentielle mais elle n’est pas le seul critère d’intervention. Il est indispensable que les débats menés lors de cette campagne fassent l’objet d’une synthèse, qui permettra aux acteurs de faire état des tendances observées et ainsi conduire à une réelle expression sur ce sujet des citoyens franciliens.

La campagne vise à sensibiliser un public qui, bien que familier des nouvelles technologies, n’en perçoit pas les dangers.

Phase 1 : la préparation de la campagne (8 mois)

Cette phase consistera en la réalisation des actions suivantes :

  • 3 groupes de travail de la LDH seront mobilisés sur cette campagne : groupe de travail « discriminations », groupe de travail « travail, liberté et nouvelles techniques de l’information », groupe de travail « observatoire de la liberté d’expression » ainsi que le groupe de travail « Education aux droits de l’Homme et citoyenneté » de la Fédération de Paris.
  • la production de supports de communication donnant une homogénéité à l’ensemble de la campagne : affiches et flyers de la campagne sur tous les événements et toutes les interventions afin de donner une identité repérable.
  • la production de supports d’information : travail de recherche, analyse, rédaction et vulgarisation de l’information effectuée au sein des groupes de travail de la Ligue des droits de l’Homme déclinés en une dizaine de fiches thématiques d’information. Celles-ci pourront être regroupées en un « miniguide ».
  • rédaction et édition de numéros de la revue Homme et Libertés axés sur les thématiques « Société de surveillance, vie privée et libertés et « média, circulation de l’information et liberté d’expression ».
    l’utilisation de la réflexion menée en interne dans le réseau pour le Congrès 2009 de la LDH sur la thématique sécuritaire « Société de surveillance, vie privée et libertés » pour une reprise et une vulgarisation des analyses.
  • la préparation d’un cadre d’intervention pédagogique destiné aux publics visés : jeunes des missions locales, centres d’action social, foyers… afin de donner une unité d’intervention avec une base pédagogique validée. Ce cadre d’intervention sera réalisé avec l’appui des groupes de travail et en lien avec des enseignants.

Phase 2 : la mise en oeuvre de la campagne (24 mois)

Elle comprend les étapes suivantes :

  • la mobilisation d’un panel d’intervenants : le programme d’intervention prévu auprès du public et des jeunes sera assuré par des intervenants qualifiés.
  • la mobilisation des fédérations et sections d’Ile-de-France : elles seront appelées à contribuer à la mise en place du programme de débats publics et d’intervention auprès des publics jeunes, en lien avec le Comité régional d’Ile-de-France. Les sections Sorbonne et Nanterre université de la LDH seront tout particulièrement sollicitées pour mobiliser le public étudiant.
  • dès le lancement du programme, l’ensemble du réseau francilien sera informé de la mise en place de la campagne et des objectifs du programme. Une réunion du Comité régional présentera les outils, les supports et les résultats attendus pour l’organisation des manifestations.
  • l’établissement ou le renforcement des liens avec les réseaux « jeunes » concernés (missions locales, centres sociaux, foyers des jeunes travailleurs, réseaux étudiants) pour l’organisation des événements et au-delà, avec les réseaux d’éducation populaire.
  • l’organisation de deux journées d’information / formation des acteurs de l’éducation populaire et des personnes en contact avec le public jeune à ces questions. Ces journées seront animées par la LDH avec des intervenants des groupes de travail et universitaires.
  • l’organisation et l’animation d’un programme global de 60 manifestations dont 30 pour des publics ciblés et 30 ayant une connotation « grand public » avec une participation de 50 à 100 personnes en moyenne par débat. Ces événements se dérouleront sur la base du programme préparé en s’appuyant sur les supports pédagogiques élaborés en début de programme. Des supports pédagogiques antérieurement élaborés par la LDH en matière de citoyenneté et démocratie (dvd, mallette pédagogique…) pourront également être utilisés.
  • les affiches et flyers déclinant l’identité du programme seront des éléments importants de communication à relayer par les réseaux locaux.

Phase 3 : la capitalisation et la synthèse (4 mois)

Cette troisième phase permettra de réaliser une synthèse des débats et des orientations et d’organiser un séminaire de conclusion. Il s’agira à cette occasion de présenter les enjeux, le déroulement de la campagne, la synthèse des débats et des contributions, les débats avec les réseaux associatifs et élus.

Modes de restitution et de mutualisation :

Elaboration d’un document écrit présentant la synthèse des débats et les orientations qui s’en dégagent lors du séminaire de conclusion en présence des élus.
Edition et diffusion de documents d’information qui seront accessibles au réseau associatif.
Edition et diffusion de deux numéros d’Hommes et Libertés.
Organisation de deux journées de formation destinées aux acteurs associatifs avec mise à disposition des documents et références.
Organisation d’un séminaire de conclusion.
Mobilisation autour du programme des réseaux intervenant auprès des jeunes et des réseaux d’éducation populaire.
Participation au site internet www.projets-citoyens.fr (mise en ligne des productions issues du projet, annonce sur le site des différents événements liés au projet).
L’association participera à une journée de restitution où elle présentera l’avancée de son projet et ses impacts dans le cadre de la thématique “Démocratie numérique”.

Evaluation :
Nombre de relais de la campagne (missions locales, foyers des jeunes travailleurs, réseaux étudiants, centres sociaux, réseaux d’éducation populaire).
Distribution des numéros « Hommes et Libertés ».
Nombre de participants aux débats.

Bilan année 1 :

Cette 1ère année du programme a été consacrée à la conception tehnique et graphique d’Odysséo. L’association s’est pour cela entourée de partenaires spécialisés et s’est formée aux techniques d’archivage, notamment aux logiciels utilisés par les centres de conservation du patrimoine.
Un travail sur le contenu a en outre été réalisé, avec une rubrique « Dossiers thématiques ». Comportant des supports et une mise en perspective historique, ceux-ci visent à offrir des outils d’orientation sur des thèmes spécifiques. Deux dossiers ont ainsi été testés : « Les portugais en Ile-de-France » et « L’immigration à Paris ».
Enfin, des journées d’études et des ateliers ont été mis en place auprès de l’Acsé, de la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et d’Ile-de-France, du Codhos (Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale), de la Direction de l’accueil, de l’intégration et de la citoyenneté, ou lors des Rencontres « Histoire et mémoires des migrations en Val-de-Marne » et du séminaire du Master Pro « Histoire, Patrimoine et supports virtuels » de l’Université Paris XIII.
Au total, la plate-forme http://odysseo.org/pages/suivi.html réunit une moyenne de 1 700 visiteurs par mois, soit près de 15 000 visiteurs uniques depuis son lancement.

Descriptif année 2 :

La seconde année sera particulièrement axée sur l’achèvement des outils et la poursuite de la mise en œuvre de la campagne, avec un accent sur l’organisation de réunions publiques :
renforcement des liens avec les réseaux « jeunes » concernés (missions locales, centres sociaux, foyers des jeunes travailleurs, réseaux étudiants).
organisation de 2 journées d’information / formation des acteurs de l’éducation populaire et des personnes en contact avec le public jeune à ces questions.
organisation et animation d’un programme global de 30-35 manifestations pour des publics ciblés et « grand public ».
communication via des affiches et flyers déclinant l’identité du programme.
Les groupes de travail de la LDH seront mobilisés pour les interventions, avec l’appui du groupe « Education aux droits de l’Homme et citoyenneté » de la Fédération de Paris.

Il s’agira également de mener une phase de capitalisation et de synthèse des débats et des orientations. Un séminaire de conclusion sera l’occasion de présenter les enjeux, le déroulement de la campagne, la synthèse des contributions et les débats avec les réseaux associatifs et élus.

Partenaires financiers

Région Ile de France - Mission démocratie régionale

Conseil régional d'Ile de France